Le Parcours de Soins et le Parcours scolaire de l’enfant « Dys »



Le Parcours de Soins :

Pour tous les troubles « dys », la prise en charge en rééducation doit être décidée à l'issue d'une synthèse intégrant les différentes capacités et difficultés de l'enfant, et permettant de hiérarchiser les priorités de rééducation.

La rééducation orthophonique

La prise en charge se fait en individuel. Afin d'éviter un surcroît de fatigue, la prise en charge après une journée d'école est fortement déconseillée.

  • Les séances
    • Selon la sévérité des troubles, l'orthophoniste préconise 1, 2 voire 3 séances par semaine.
    • Chaque séance dure 30 à 45 mn.
    • Le suivi a lieu toutes les semaines,
    • On parle de séances d'orthophonie et non de cours d'orthophonie. Les séances d'orthophonie ne sont pas du soutien scolaire.
  • Son but :
    • Il s'agit de rééducation, c'est-à-dire rétablir des fonctions spécifiques qui ne fonctionnent pas de manière adéquate ;
    • Amener l'enfant à acquérir des stratégies et compensations efficaces afin de pallier au mieux ses difficultés. Pour y parvenir, on s'appuiera le plus possible sur les points forts de l'enfant et sur son canal sensoriel privilégié (l'ouïe ou la vue) et les ressentis kinesthésiques (sensations corporelles) ;
    • Concernant les troubles spécifiques du langage écrit et du calcul, l'orthophoniste guide l'enfant afin qu'il arrive seul à découvrir la règle ou «l'astuce» ;
    • L'enfant est l'un des principaux acteurs de sa rééducation, il forme une équipe avec son rééducateur, il ne doit pas subir.
  • Son déroulement :
    • L'outil principal de l'orthophoniste reste le jeu. (de plateau ou de situation) ;
    • Il n'y a pas de séance «type». L'orthophoniste fait du «sur mesure», il adapte ses séances à chaque enfant et en fonction du trouble et des difficultés constatées.
    • Différents domaines seront travaillés :
      • les sons
      • les confusions auditives/visuelles
      • le vocabulaire
      • la phrase
      • la syntaxe (oral) avec des pictogrammes
      • les capacités mnésiques
      • les différentes orthographes (phonétique, d'usage et grammaticale)
      • la compréhension orale et écrite
      • le raisonnement logique
      • l'espace et le temps

La rééducation psychomotrice

  • Les séances
    Elles durent de 30 à 45 minutes, régulières, hebdomadaires le plus souvent, en individuel et parfois en groupe.
    La durée totale du traitement est variable en fonction des patients.

    Régulièrement le psychomotricien fait le point avec les parents sur l’évolution de l’enfant Les méthodes de thérapie en psychomotricité sont riches et multiples.

  • La rééducation
    Les méthodes de thérapies en psychomotricité sont riches et multiples Dans le cadre d’un TAC il existe deux types d’approche :
    • Les thérapies traditionnelles, centrées sur le déficit jugé responsable du trouble.
      Le psychomotricien peut stimuler une fonction sensorielle défaillante, qu’il pense responsable des difficultés de l’enfant par exemple marcher sur une planche en équilibre, entrainer l’enfant à percevoir des sensations différentes selon la position de ses bras dans l’espace, stimulations visuelles.
    • Les thérapies plus récentes centrées sur les performances à obtenir.
      L’enfant est acteur principal de sa rééducation. Il choisit les objectifs parmi un panel proposé par le thérapeute (lacer les chaussures, lancer une balle…). Il détermine lui même, guidé par le thérapeute la stratégie qu’il entend utiliser. Il exécute sa stratégie, puis fait le point avec le thérapeute afin de la valider ou l’améliorer.
      Cela va permettre une indépendance progressive de l’enfant, avec un transfert des apprentissages à d’autres tâches.

 

Ces différentes thérapeutiques font l’objet de nombreux débats et des études contrôlées sont nécessaires afin de mieux appréhender l’efficacité de chacune.

Il semble malgré tout que les approches cognitives, dans le cadre des thérapies orientées sur les performances, soient les plus efficaces, à la fois pour augmenter les performances motrices dans une tâche donnée mais aussi pour transférer et généraliser ces améliorations à d’autres activités, et notamment de la vie quotidienne.

La rééducation neuro psychologique

La prise en charge peut se dérouler sous 2 modalités : en individuel ou en groupe ;
elle a lieu sous forme de jeux et d’exercices avec les enfants.

  • La séance
    • Chaque séance dure 30 à 45 mn.
    • 1 à 2 fois par semaine: la régularité est la condition de l’évolution de l’enfant.
  • La rééducation sert à :
    • stimuler les sphères déficitaires ;
    • travailler sur les fonctions exécutives qui englobent :
      • l’attention : L’enfant n’arrive pas à cibler son attention, saute des questions ou des mots, se laisse facilement distraire. Les difficultés d’attention vont entrainer une lenteur dans la réalisation des exercices.
      • la flexibilité : devant des exercices arithmétiques, le calcul avec changement d’opérations est difficile tout comme le passage d’un verbe à l’infinitif à un temps conjugué dans une phrase.
      • l’inhibition : l’enfant se trouve dans l’incapacité de contrôler son comportement et sa pensée. Ex: il se tortille sur sa chaise, ne respecte pas les tour de paroles…
      • la planification : face à une résolution de problème, l’enfant peut avoir des difficultés d’organisation, du mal à structurer les informations données dans l’énoncé et à planifier la succession d’opérations.
      • la mémoire de travail : l’enfant doit lire et relire les consignes d’un même exercice pour se rappeler de ce qu’il doit faire, il peut oublier ce qu’il a fait la veille, perd ses objets personnels…
      • le raisonnement abstrait,
      • le contrôle,
      • l’adaptation à la nouveauté.
    • mettre en place des stratégies de compensation ;
    • apprendre à gérer les troubles de l'attention/concentration ;
    • apprendre à vivre avec ;
    • apprendre à connaître ou à reconnaître ses difficultés / troubles du comportement afin pouvoir mieux les contrôler ;
  • La guidance parentale
    La prise en charge passe par un dialogue avec les parents qui ont besoin de conseils, de techniques.
    Leur expliquer les troubles est primordial pour qu’ils puissent avoir conscience de la souffrance de l’enfant et des conséquences sur son avenir.

L’ergothérapeute

L‘ergothérapeute est un professionnel de santé qui possède un diplôme d’état.

Il exerce en tant que salarié d’une institution (centres hospitaliers, centres de rééducation, au sein d’associations, IME…..) ou en libéral.

Ses actes ne sont pas remboursés par la sécurité sociale, certaines mutuelles peuvent en prendre en charge une partie. Il agit sur prescription médicale.

Le but de l’ergothérapeute est de favoriser le maintien ou l’accession au maximum d’autonomie, dans leur environnement, des individus en situation de handicap.

Il intervient :

  • au niveau de la personne en situation de handicap pour rééduquer et/ou réadapter les fonctions déficitaires et maintenir un maximum d’autonomie
  • au niveau de l’environnement afin de le rendre plus accessible et favoriser l’intégration de l’enfant dans ses lieux de vie à savoir son domicile et l’école.

 

Il évalue dans un premier temps les déficits et les besoins de l’enfant par des bilans et des mises en situations pratiques et concrètes.

Il élabore alors une prise en charge à partir de moyens spécifiques :

  • l’activité ludique, le jeu , la fabrication d’objet.
  • Il apprend à l’enfant à faire autrement avec notamment du matériel scolaire adapté (règle antidérapante, guide pour stylo…), et éventuellement l’ utilisation de l’ordinateur.
  • Il peut se déplacer à domicile afin d’évaluer les situations de handicap.
  • Il conseille et informe le patient et son entourage sur les différentes aides techniques ou d’aménagements des lieux de vie, professionnel et/ou scolaire.

 

La médication

Il s’agit du méthylphénidate (Ritaline, Quasym, Concerta).

Uniquement prescrit dans le cadre du TDA/H, chez l’enfant de plus de 6 ans.

Lorsque les mesures correctrices sont insuffisantes (conseils éducatifs et pédagogiques, psychomotricité, orthophonie, psychothérapie) mais en complément de ces mesures, dans le cadre d'une prise en chage combinée.

Il agit :

  • au niveau moteur avec amélioration du contrôle moteur et du graphisme
  • au niveau social avec diminution du comportement oppositionnel et amélioration des relations sociales
  • au niveau cognitif avec amélioration de l’attention soutenue, la mémoire de travail, les fonctions exécutives et diminue la distractibilité.

 

L’efficacité est rapide, sinon il faut arrêter le traitement.

La tolérance est bonne. Les effets secondaires sont le plus souvent mineurs, transitoires et liés à la posologie. Ils disparaissent spontanément en quelques semaines ou en diminuant la posologie. Parfois ils sont plus importants (troubles du sommeil, anxiété, perte d’appétit) et ils nécessitent l’arrêt du traitement.

La prescription initiale est hospitalière, le renouvellement mensuel sera fait par le médecin de ville.
La durée du traitement est variable, en moyenne 3 à 4 ans.
Bien sur ce traitement ne permet pas de rattraper les lacunes scolaires, de motiver l’enfant, de contrôler ses émotions et ne remplace pas l’entourage.

 

 

 Le parcours de soins

Mis à jour le 31/03/2016